JeromeCapiosaid100


CCI AIN - Centrale EDF du Bugey

Jérôme Caposiena

[email protected]
04 74 32 13 00 - 06 42 11 07 43

________________________________

SibylleGermond100


CCI ARDECHE - Centrale EDF de Cruas-Meysse
Sibylle Germon Reynaud

[email protected]
06 73 91 85 65
_________________________________

SandrineAlessiid


CCI DROME - Centrale EDF de Tricastin
Sandrine Alessi

[email protected]

04 75 00 44 79 
06 74 08 13 02

 

________________________________


cbayle100


CCI NORD ISERE - Centrale EDF de Saint- Alban / Saint-Maurice
Christian Bayle 

[email protected]

04 74 95 24 25 - 06 16 80 48 24

   
    LinkedinCarre   VisuelTwitter    

Centrale de St Alban - St Maurice : la prise en compte des aléas climatiques : De forts enjeux de sûreté pour la centrale : De forts enjeux de sûreté pour la centrale

Compte-tenu de leurs enjeux vis-à-vis de la sûreté nucléaire, les événements climatiques, même les plus extrêmes (séisme, inondation, tempête, vents violents, canicule, grands froids, foudre …) sont pris en compte par les sites nucléaires dès la conception. Pendant toute la durée d’exploitation des installations, des dispositions sont mises en place pour garantir en permanence la robustesse de l’organisation et des installations vis-à-vis de ces phénomènes. Dans une volonté d’amélioration continue des performances de sûreté, ces mesures évoluent régulièrement pour prendre en compte le retour d’expérience et intégrer les nouvelles exigences règlementaires.

En cas d’inondation d’origine externe (forte crue, pluies diluviennes), le risque d’endommagement des matériels importants pour la sûreté fait partie des hypothèses prises en compte dans la conception et lors de la construction des installations. Dans ce cadre, les installations nucléaires de la centrale ont été construites sur une plateforme surélevée de 6 m par rapport au niveau initial.
Par ailleurs, une cinquantaine de batardeaux a été installée sur le site pour protéger les locaux industriels contre le risque d’inondation. Selon leur emplacement, ces ouvrages manuels, relevables ou automatiques empêchent l’arrivée d’eau dans les locaux contenant du matériel nécessaire à la sûreté des installations.
Le risque foudre est également pris en compte avec l’installation de nombreux paratonnerres et liaisons de raccordement à la terre. Les infrastructures sont installées sur la base des mesures d’impacts relevées après une période orageuse. Ces données sont transmises au site par Météorage, une filière de MétéoFrance.
Avec le réchauffement climatique, les épisodes de canicule sont plus fréquents et l’organisation mise en place par le site pour se prémunir de ce risque fait l’objet d’un plan d’action spécifique, élaboré par les équipes au cours de l’hiver précédent. Celles-ci définissent les actions de prévention et de surveillance à mettre en oeuvre pour protéger les matériels sensibles en cas de fortes chaleurs. Il s’agit notamment de maintenir une température «acceptable» dans les locaux afin d’en garantir le bon fonctionnement et la disponibilité, même en période de fortes chaleurs. Le plan « grands chauds » comporte différentes phases avec des actions graduées selon les températures extérieures. Une surveillance accrue peut être mise en place au niveau des locaux sensibles ainsi que l’installation de moyens complémentaires sur les installations (climatiseurs, ventilations renforcées…).De même, pour se prémunir du risque lié aux températures hivernales et au gel, un plan « grand froid » est élaboré pendant l’été.
Compte-tenu de l’évolution de la règlementation et du retour d’expérience international, la maîtrise des risques liés aux événements et aléas climatiques constitue un enjeu majeur de la sûreté nucléaire et fait l’objet d’évaluations internes et externes régulières.

cliquez ici

Information

Editor :

Directeur Industrie

Published


Themes :

bandeau-web-ecobiz-1180x170px2New