JeromeCapiosaid100


CCI AIN - Centrale EDF du Bugey

Jérôme Caposiena

[email protected]
04 74 32 13 00 - 06 42 11 07 43

________________________________

SibylleGermond100


CCI ARDECHE - Centrale EDF de Cruas-Meysse
Sibylle Germon Reynaud

[email protected]
06 73 91 85 65
_________________________________

SandrineAlessiid


CCI DROME - Centrale EDF de Tricastin
Sandrine Alessi

[email protected]

04 75 00 44 79 
06 74 08 13 02

 

________________________________


cbayle100


CCI NORD ISERE - Centrale EDF de Saint- Alban / Saint-Maurice
Christian Bayle 

[email protected]

04 74 95 24 25 - 06 16 80 48 24

   
 

PRÉSENTATION DE LA FILIÈRE DÉCONSTRUCTION

La Région Auvergne Rhône Alpes compte deux réacteurs en déconstruction :

Bugey 1 sur le site de la centrale nucléaire de Bugey et Creys-Malville en Isère.

EDF assume l’entière responsabilité technique et financière de la déconstruction de ses centrales nucléaires à la fin de leur exploitation, et démantèle aujourd’hui neuf réacteurs définitivement arrêtés en France. Ces réacteurs correspondent à 4 technologies différentes et sont répartis sur six sites : Brennilis (Bretagne), Chooz (Grand Est), Chinon et Saint-Laurent (Centre Val de Loire), Bugey et Creys-Malville (Auvergne Rhône Alpes).

La déconstruction et sa préparation comprennent 3 étapes :
1. la mise à l’arrêt définitif du réacteur, le déchargement du combustible et la vidange des principaux circuits.
2. le démantèlement des bâtiments et des équipements hors bâtiment réacteur.
3. le démantèlement du bâtiment réacteur.


AplatActus

 

LE SITE DE BUGEY 1


bugey1

• Bugey 1, réacteur de la filière UNGG (Uranium Naturel Graphite Gaz) a été mis en service en 1972 et arrêté définitivement en 1994.
25 salariés EDF et 45 salariés prestataires travaillent actuellement sur le site de Bugey 1.

De nombreux travaux ont été réalisés : évacuation du combustible (99,9% de la radioactivité évacuée), vidange de tous les circuits, démantèlement des installations conventionnelles.

La déconstruction des réacteurs UNGG étant particulièrement complexe, la stratégie retenue prévoit de s’appuyer sur le retour d’expérience du démantèlement d’un réacteur tête de série de ce type, à Chinon, pour déployer ensuite les opérations sur les cinq autres réacteurs UNGG en déconstruction en France. De ce fait, les travaux en cours sur le réacteur de Bugey 1 sont des travaux dits de Mise en Configuration Sécurisée (MCS : assainissement, démolition, renforts si besoin), dans l’attente de ce retour d’expérience. Ces travaux se poursuivront jusqu’en 2030 : démantèlements des circuits nucléaires autour des caissons, assainissement et démolition d’une grande partie des bâtiments, rénovation des structures métalliques abritant les caissons réacteurs.


 • EDF a construit, sur le site de la centrale du Bugey, une installation d’entreposage de déchets appelée ICEDA (Installation de conditionnement et d’entreposage de déchets activés). Sa mise en service est prévue en 2020. Une vingtaine de salariés permanents travailleront sur l’installation, conçue dans le but de réceptionner, conditionner et entreposer les déchets Moyenne Activité Vie Longue (MAVL) issus :

- d’une part, de la déconstruction des réacteurs nucléaires aujourd’hui définitivement arrêtés,
- d’autre part, de l’exploitation des réacteurs actuels du parc REP.

Ces déchets y seront entreposés en attente d’être évacués vers le stockage définitif de l’Andra, Cigéo (Meuse), dont la mise en service est fixée à l’horizon 2035. ICEDA permettra ainsi de mettre en œuvre la stratégie de déconstruction d’EDF sans attendre la disponibilité de Cigéo.

  

LE SITE DE CREYS-MALVILLE


creys


Le site de Creys-Malville est implanté sur la commune nord-iséroise de Creys-Mépieu, à une trentaine de kilomètres en amont de la centrale du Bugey.

Superphénix, réacteur à neutrons rapides (RNR) refroidi au sodium, d’une puissance de 1 240 mégawatts électriques, était le premier prototype de la filière RNR construit à l’échelle industrielle. L’exploitation de Superphénix a duré 11 ans (1985-1996) pendant lesquels la centrale a produit 7,9 TWh. L’arrêt définitif du réacteur a été décidé par le gouvernement français en juin 1997.

Aujourd’hui, 350 personnes œuvrent pour réaliser les activités de déconstruction, la surveillance et l’exploitation permanentes (80 salariés d’EDF et 270 salariés d’entreprises prestataires).

De nombreux travaux ont déjà été réalisés : évacuation du combustible usé – entreposé à l’APEC (l’Atelier pour l’Entreposage du Combustible) situé sur le site de Creys-Malville, démantèlement de la salle des machines, démantèlement des gros composants, vidange et transformation du sodium utilisé pour le refroidissement, mise en eau de la cuve.

Les travaux d’ouverture de la cuve sont en cours : 3 bouchons de 188 à 500 tonnes.

bandeau-web-ecobiz-1180x170px2New