Neuropsychologie : pièges et ressources de notre cerveau

Le 21 janvier prochain, nous vous invitons à un échange sur le thème "Prise de décision en situation complexe" : point sur l'apport des neurosciences dans l'activation des deux systèmes de prise de décision en situation complexe : intuitif et analytique.

__________________________________________________________________

Avec la participation de : Bernard Anselem, médecin, master de recherche en neuropsychologie, auteur, conférencier, consultant en neurosciences cognitives 

Comment les neurosciences aident à la prise de décision ?
Qu’il s’agisse de choisir des courgettes, un dentifrice, une carrière professionnelle ou les personnes que nous fréquentons, nous pensons que nos choix proviennent d'une analyse logique et rationnelle.  En réalité, ils se font en majorité sous influence émotionnelle. 

Savoir décider
Ceux qui réussissent le mieux leur parcours professionnel ou personnel ne sont souvent pas les plus brillants, ni les plus forts, ils savent « sentir » une situation, ils apprécient jusqu’où ils peuvent aller, évitent les impasses. Un 6e sens inné ? Peut-être, mais pas seulement, cela s’apprend aussi.

Certains nous conseillent d’écouter nos ressentis (notre corps sait ce qui est bon pour nous), à l’opposé d’autres nous alertent sur les émotions qui nous trompent ou nous aveuglent. Qui croire ? Les deux approches sont utiles mais pas dans les mêmes circonstances… Les sciences cognitives peuvent nous aider à démêler l’utile du nuisible. Il est possible d’améliorer ses aptitudes.

Décider est un apprentissage, savoir écouter et accueillir ses intuitions est fondamental, toutefois les décisions majeures gagneraient à être prises en plusieurs fois et après une analyse personnelle approfondie. 

Lire l'intégralité 

 


Informations

Rédacteur :

Rédactrice news locales Ecobiz

Publié le


Thèmes :