You are here:  Navigation > Public space > Notre offre > News
 

Déplacements - Mobilité des salariés : grandeur et décadence – Sandrine Wenglenski (Université Paris Est, laboratoire Ville Mobilité Transport)

Sociologue, maître de conférence à l’université de Paris Est, laboratoire Ville Mobilité et Transport, Sandrine Wenglenski développe trois points dans son exposé : le succès de la mobilité, la façon dont elle structure nos quotidiens, les causes de l’essoufflement du modèle. Pour elle, la perte d’accessibilité amorcée semble difficilement compensable.

La mobilité a explosé dans le dernier quart du XXe siècle parce qu’elle a été un vecteur d’émancipation pour une grande part des ménages. Les progrès techniques et l’énergie peu chère ont facilité les déplacements, offrant à chacun plus d’autonomie. Le succès de la mobilité quotidienne à faible coût a engendré une puissante périurbanisation.

Mais aujourd’hui, les vitesses de déplacement stagnent, les distances parcourues aussi. Les résidents du périurbains vivent une coûteuse dépendance automobile et une « hypermobilité contrainte » chronophage. Le quotidien de ceux qui sont exposés à la précarité de l’emploi se révèle alors parfois ingérable. La flexibilité du travail et la configuration d’une ville dispersée asphyxient le système.

Vers la fin d’un statut de variable d’ajustement

« La mobilité a été un formidable instrument de modernisation, mais certains éléments, aujourd’hui, laissent penser que les réserves de la mobilité comme variable d’ajustement s’amenuisent », observe Sandrine Wenglenski en conclusion de son analyse.