Conjoncture en Rhône-Alpes : un climat fait d’incertitudes

Après plusieurs mois de progression et contrairement aux attentes, l’activité industrielle s’est maintenue au même niveau qu’en mars. La bonne orientation constatée dans les industries des biens d’équipement ne suffit pas à compenser la légère baisse notée dans celles de l’agroalimentaire et des biens intermédiaires. En revanche, les secteurs proches de la mécanique, du BTP ou de l’aéronautique ont progressé. Comme le mois précédent, l’appréciation des chefs d’entreprise sur l’état des carnets de commandes est défavorable. Le tassement global de la demande, plus marqué à l’exportation qu’en France, n’a pas permis de conforter les entrées d’ordres, en dépit d’une meilleure tonicité des marchés espagnol et britannique, partenaires commerciaux importants de l’industrie régionale. Les revalorisations de tarifs ont été moins importantes qu’en mars et les prix des approvisionnements, notamment ceux liés au pétrole et à l’acier, se sont stabilisés à un haut niveau. En matière d’investissement, l’évolution du dollar et du cours des matières premières ainsi que la demande hésitante alimentent la prudence des chefs d’entreprise. Contrairement aux anticipations, les effectifs sont restés majoritairement stables, hormis une érosion dans les industries des biens intermédiaires. Le recours aux intérimaires et aux modulations horaires reste la variable d’ajustement aux fluctuations de plans de charge.
Dans les services marchands, le volume d’affaires a légèrement progressé grâce au dynamisme de l’ingénierie et du nettoyage. L’activité du travail temporaire a été soutenue, malgré quelques difficultés de recrutement en personnel qualifié. En revanche, un tassement est constaté dans la réparation automobile. Les perspectives restent satisfaisantes. L’activité du commerce de détail s’est inscrite en hausse, principalement dans l’équipement de la personne. Cette évolution favorable devrait se poursuivre, notamment dans le commerce automobile. Pour le mois prochain, même si un accroissement des mises en fabrication est annoncé, un attentisme patent est constaté dans un environnement qui manque de vigueur, en particulier dans sa composante interne. Un nouveau recul de l’emploi est envisagé si la demande ne se redresse pas à brève échéance.

Banque de France de Lyon - mai 2005

Information

Editor :

Administration de Grenoble Ecobiz

Date of the publication :


Published


Themes :