Conjoncture en Rhône-Alpes : Des perspectives bien orientées

En liaison avec les fermetures la dernière semaine de décembre, l’activité industrielle s’est inscrite en baisse en fin d’année. L’écart sur un an est toujours positif. En conséquence, le taux d’utilisation des capacités de production s’est réduit pour se situer à 78,24 %. Après un léger excédent les deux mois précédents, les stocks de produits finis sont à nouveau jugés normaux. La situation des carnets de commandes, telle qu’elle est perçue par les chefs d’entreprise, s’est effritée sous l’influence des industries des biens de consommation et surtout des biens intermédiaires, compartiment fortement représenté en région Rhône-Alpes. Le ralentissement des flux d’ordres a concerné l’ensemble des secteurs d’activité, hormis ceux des équipements électriques, de l’agroalimentaire et de l’automobile, où une progression est notée. Le renchérissement des matières premières s’est atténué sur un mois. Les hausses des prix de vente sont restées marginales sous la pression concurrentielle, notamment étrangère.
Pour le quatrième mois consécutif, les effectifs industriels se sont maintenus ; toutefois, les recrutements restent modérés. S’agissant des investissements, ils ont légèrement progressé au dernier trimestre, et des perspectives positives sont enregistrées pour 2006 et concernent pour une large part le renouvellement de matériels. En janvier, au-delà de la reprise technique, les indicateurs sont bien positionnés, bénéficiant des marchés à l’exportation animés et de la reprise de la demande, allemande notamment. Toujours plus marquée sur un an, l’activité des services marchands a maintenu sa progression sur le mois, notamment dans l’ingénierie technique et informatique. Les perspectives sont, dans l’ensemble, bien orientées à court terme.

Banque de France de Lyon.


       

Information

Editor :

Rédactrice

Date of the publication :


Published


Themes :