Tableau de bord

Conjoncture en Rhône-Alpes - Stabilisation de l’activité  après la reprise technique

Après la reprise technique de septembre, l’activité industrielle n’a pas marqué d’évolution notable en octobre et s’inscrit toujours en hausse à un an d’intervalle. Malgré une stabilité globale de la production, un léger ralentissement est enregistré dans les industries des biens de consommation et des biens intermédiaires. La bonne orientation du courant d’affaires observée dans les industries des biens d’équipement, notamment électriques, s’est poursuivie. Sans changement, le taux d’utilisation des capacités de production se situe à 82,85 % mais peine à rejoindre sa moyenne de long terme. Contrairement au mois précédent, les stocks de produits finis présentent à nouveau un très léger excédent, plus marqué dans les biens intermédiaires, sans toutefois générer d’inquiétude à terme. La situation des carnets de commandes, telle qu’elle est perçue par les chefs d’entreprise, est peu éloignée du niveau considéré comme normal malgré une légère inflexion des entrées de commandes nouvelles. En effet, le dynamisme de la demande étrangère et, dans une moindre mesure, européenne (Grande-Bretagne, Espagne,
Europe du Nord...) n’a pas compensé la mollesse du marché domestique. La hausse du coût des matières premières s’est globalement un peu ralentie, sous l’effet de la pause observée pour certains métaux, en dépit de la poursuite du renchérissement des dérivés du pétrole. Dans ce contexte, et afin d’optimiser les coûts de revient, de plus en plus d’entreprises recourent à une politique d’achat à l’étranger. Pour le deuxième mois consécutif, les effectifs industriels n’ont pas diminué. Le courant d’affaires enregistré dans les services marchands n’a pas varié. Les perspectives s’annoncent plus favorables. Dans le commerce de détail, le volume des ventes s’est inscrit en nette hausse, sans toutefois atteindre les indicateurs de 2004. Les prévisions sont satisfaisantes. Au-delà, la reprise progressive entamée au début du second semestre semble se confirmer en liaison avec le maintien d’une demande mondiale orientée à la hausse et de conditions de financement toujours favorables. Dans le même temps, des aléas subsistent quant à l’évolution des cours du pétrole et de la parité euro-dollar.

Banque de France de Lyon.


       

Information

Editor :

Rédactrice

Date of the publication :


Published


Themes :