De nouvelles solutions en temps de crise

Chez Prodhag, la formation est réellement un point-clé du management du personnel. Dans une conjoncture tendue par la crise économique, l’heure est à la recherche de solutions inédites et innovantes.

Quelques 14 000 tonnes de plastique sont traitées annuellement chez PRODHAG, à travers des opérations diverses : broyage, déchiquetage, micronisation, dépoussiérage, démétallisation… La finalité étant la gestion, le traitement et la commercialisation des déchets neufs de production plastique.

 

Au-delà des seuils requis

Avec un chiffre d’affaires de 8 millions d’euros, la société iséroise a toujours misé sur la qualité, obtenant toutes les certifications QSE (certification Qualité ISO 9001 en 1995, certification Environnement Iso 14001 en 1997, certification Sécurité OHSAS 18001 en 2005). Une politique qualité qui se fonde également sur un management des Ressources Humaines attentif à la valeur humaine de l’entreprise. "Nous avons toujours été soucieux du bien-être de nos collaborateurs et de leur progression dans l’entreprise. La preuve ? Une politique de formation qui va bien au-delà des critères règlementaires", commente Frédéric Durieux, Directeur industriel de PRODHAG. PRODHAG a en effet toujours dépassé les seuils minimaux de moyens dédiés au plan de formation. De plus, le type de formation proposé va généralement au-delà des besoins immédiatement productifs, avec par exemple un programme de formation de Sauveteurs-Secouristes du Travail, un autre sur une Formation Incendie (pompier de première intervention) qui a concerné la moitié du personnel du site de Colombe.

 

Etre inventif

Si les formations bureautiques et management sont réalisées à l’extérieur, notamment auprès de la CCI Nord-Isère, les formations sur les métiers sont réalisées en interne. "Nous avons dû mettre au point notre propre module de formation sur la reconnaissance des matières plastiques, car elle n’existe pas en raison de son caractère très spécifique", explique Frédéric Durieux.

Récemment, l’entreprise a dû revoir son plan de formation en raison d’une conjoncture difficile ; le secteur plasturgique est en effet frappé de plein fouet par la crise et le ralentissement des commandes impacte directement une société comme PRODHAG. Résultat : son effectif est passé de 66 personnes début 2008 à 38 aujourd’hui. "Ce qui a nous a amené à reconsidérer une partie de notre plan de formation, commente le Directeur Industriel. Notamment, nous nous sommes intéressés à la bi-qualification, pour ouvrir notre personnel à de nouvelles compétences." Exemple concret : un ouvrier au broyage qui acquiert une formation sur la maintenance. "Cela va plus loin que la polyvalence, précise Frédéric Durieux, car il s’agit véritablement d’acquérir une compétence propre supplémentaire, un véritable second métier." Du côté des salariés, l’intérêt est bien compris, le personnel voyant dans la formation une valeur ajoutée qui renforce leur employabilité. "Le fait de former du personnel permet de combler un manque d’activité ponctuel, mais c’est aussi un investissement pour l’avenir, pour l’évolution même des compétences au sein de la société."

L’entreprise est à l’affût de toutes les idées. Elle a récemment rejoint un groupement d’employeurs au sein de la Communauté de communes de Bièvre-Est, qui porte sur la mutualisation des ressources avec des actions concrètes comme le co-voiturage et l’achat de fournitures par exemple. "Nous réfléchirons sans doute à des actions groupées au niveau de la formation, toujours pour optimiser nos moyens", conclut Frédéric Durieux.
 
Pour en savoir plus sur l'entreprise : www.prodhag.com

Information

Editor :

Administrateur général de la plateforme

Date of the publication :


Published


Themes :