You are here:  Navigation > Public space > Notre offre > News
 

Gestion à vue dans les entreprises


Selon une enquête réalisée par Ernst & Young en collaboration avec Economist Intelligence Unit auprès de 570 grandes entreprises dans le monde, il apparaît que 88 % des entreprises interrogées affirment que la crise financière a modifié leur modèle économique et que la majorité d’entre elles continue à lutter pour sa survie. La gestion se recentre sur le court terme avec une focalisation sur la surveillance de la rentabilité et les programmes de réduction de coûts. Les opportunités se trouvent essentiellement dans des acquisitions stratégiques vu la faible valorisation des cibles. Ce n’est qu’après la récession que les dirigeants de ces entreprises envisagent un développement vers de nouvelles zones géographiques et le recours plus régulier à des alliances stratégiques.
Du côté des PME, la situation n’est pas très différente. Selon une étude de Grant Thornton réalisée auprès d’un panel de 7 200 entreprises à travers 36 pays, il apparaît que 22 % des dirigeants de PME françaises interrogés voient la réduction des coûts comme l’initiative la plus efficace pour maintenir leur rentabilité, alors qu’ils ne sont que 13 % à considérer qu’une politique d’innovation réactive peut être un facteur d’amélioration de la rentabilité.
À l’inverse, au niveau européen, 22 % des chefs d’entreprises privilégient la politique d’innovation réactive contre 16 % seulement la réduction des coûts.
Au niveau mondial, c’est également l’innovation qui est perçue comme l’initiative la plus efficace pour accroître la profitabilité des PME (20 % en moyenne). En Europe, ce sont les dirigeants italiens qui considèrent ce facteur comme le meilleur (à 39 %), suivis des chefs d’entreprise hollandais et chinois (à 32 %). Les PME françaises apparaissent malheureusement en retrait par rapport à la moyenne européenne et mondiale. En région grenobloise, l’enquête de conjoncture réalisée en mai dernier montrait que le scénario d’une récession qui se prolonge était aussi celui retenu par les dirigeants interrogés, dont les investissements, du coup, étaient au point mort. Pourtant, l’innovation est bien un facteur de différentiation et de rentabilité à long terme. Encore plus inquiétant, il apparaît que face à des prévisions macroéconomiques à court terme incertaines, 74 % des dirigeants de PME françaises ne disposent pas d’outils permettant de piloter leur activité à court terme. Il est encore temps de réagir !


Michel Albouy
Professeur, université Pierre-Mendès-Franceet Grenoble École de Management
© DR




       

Information

Editor :

Rédactrice

Date of the publication :


Published


Themes :